Le Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies d’Atlanta a analysé précisément 37 pods pré-remplis de liquides nicotinés commercialisés sur l’ensemble du territoire Nord américain. L’objectif était de caractériser la nicotine présente dans ces produits. Est-elle sous forme libre native qui est la forme la plus efficace car la plus biodisponible (« Free Nicotine ») ou ionisée (« Protonated Nicotine ») telle qu’elle peut l’être par exemple dans les sels de nicotine, laquelle est une forme nettement moins biodisponible ? Il ressort tout d’abord que les liquides de ces pods pré-remplis peuvent contenir jusqu’à plus de 47 % d’eau. L’eau étant une substance plus aisément vaporisable que les bases glycols utilisées dans les e-liquides (PG, VG), sa présence dans les formulations pourrait induire une surconsommation de liquide nicotiné. En outre, moins de 8 % des pods contiennent de la nicotine sous forme libre (forme native hautement biodisponible). Par ailleurs, certains fabricants ajoutent des agents basiques, en l’occurrence des sels minéraux de type carbonates, dans le but de stabiliser la nicotine sous sa forme libre or la présence de sels est à éviter car ils ont tendance à former des particules solides (cristallisation). Nombreux sont en effet les arômes qui acidifient la nicotine la rendant ainsi moins disponible. Ces résultats montrent que nombreux sont les liquides présentant une piètre qualité ainsi qu’une nicotine faiblement biodisponible et donc peu efficace en termes de sevrage.

Characterization of Total and Unprotonated (Free) Nicotine Content of Nicotine Pouch Products. S. Stanfill MS & coll. Nicotine & Tobacco Research, 2021, 1590–1596doi:10.1093/ntr/ntab030

© Crédit photo : Freepik